Charles Pasino

terre cuite, charles pasinoportrait peinture contemporaine, charles pasinoterre cuite charles pasino, méninehomme rouge, acrylique, peinture contemporaine charles pasinoarcheotypos, terre cuite contemporaine, charles pasinoportrait femme, peinture contemporaine charles pasinopeinture contemporaine charles pasino, portrait, odalisque au turban

Je suis un imagier, un fabricateur d’images, taillées ou peintes. Le dessin est pour moi une nécessité, la peinture un besoin, la sculpture une évidence.
Il fut un temps, naguère à peine, où l’on demandait à un peintre : « peignez-moi donc une pomme, un sein, un cheval, un barbu… » Et voilà que le rapin vous torchait une Vanité, une Madone allaitant, une bataille, ou taillait un saint Jean ou la figure d’un prophète… selon. C’était au temps où le peintre avait clients, et clientèle. Aujourd’hui, on lui demandera plutôt de justifier d’un public, de faire des dossiers, voire de « passer à la télé ». Je ne suis pas photogénique, je chante faux et je n’ai pas la télévision, alors… je peins, je dessine, je modèle, ces sortes de choses.
Dilettantisme ? Pourquoi pas, c’est bien là un des derniers refuges de la liberté.

Charles Pasino


Charles Pasino, artiste peintre et sculpteurParcours
2010 : ouverture d’un atelier-galerie (« La Question ») à Dinan, (Côtes d’Armor)
2005 – 2009 : création de SculpTerre, r-v. de sculpteurs en terre cuite à Mennetou sur Cher (Loir & Cher)
1982 – 1990 : création d’un atelier de mosaïque d’art, au sein d’une usine de pâte de verre (Opio, Alpes Mmes) ; introduction et utilisation des moyens informatiques
1977 – 1985 : collaboration avec un relieur d’art (Raymonde Moretti, à Nice)
1974 – 1977 : études des techniques de l’estampe, Arts Décoratifs de Nice

Expositions
– Salon d’Automne (1994 à 1998), Salon des Artistes Français (1996 et 1997)
– 4e Triennale Mondiale d’Estampes de Chamalières, 1997
– Musée d’Issy-les-Moulineaux : « Les Cartes De La Révolution, 1989 »
– Bibliothèque Nationale : «les Dépôts du Cabinet des Estampes, 1979 » ; «Tarots, Jeu et Magie, 1984 ».
Et puis, comme tout le monde, des expositions, des musées, des prix un peu partout, mais la liste d’iceux étant bien vaine je vous en fais grâce. En gros : Avignon, Bormio (c’est en Italie), Cincinnati, Dinan, Nice, Nîmes, Munich, Paris, Saint-Chamond… et Romorantin. Et Dinan, bien sûr.

Divers
– Mosaïque monumentale, Paris XVIII ; collège de Neung sur Beuvron, Loir & Cher.
– Éditions Martinsart, Paris : illustration d’ouvrages de bibliophilie (pochoirs, calligraphies, dorure).
– Réalisation de scénographies au Café-Théâtre de Nice, et au Lucernaire, à Paris.
– Jeux de cartes : jeux classiques, tarots, aluette (xylographie, pochoirs, chromolithographie).

1 Partages