invitation vernissage galerie le gisant
artistes invités

Petits plaisirs 2019

Petits plaisirs, petits formats, saison 3

La galerie Le Gisant organise comme les deux années précédentes son exposition « petits plaisirs, petits formats, saison 3 ». C’est l’occasion de découvrir d’autres artistes et de se faire plaisir en offrant, ou en s’offrant… une peinture, une sculpture, un objet d’art.

Vernissage vendredi 6 décembre 2019, à partir de 18h à la galerie.
L’exposition dure jusqu’au dimanche 5 janvier 2020. La galerie sera ouverte du mardi au dimanche de 15h à 19h – Les samedis de 11h à 12h30 et de 15h à 19h. Et + sur RV : 06 31 87 18 28
Retrouvez l’évènement facebook

Deux invités

En plus des artistes permanents de la galerie, Le Gisant invite deux artistes : Marie-Sophie André et Thierry Briand, pour ces « Petits plaisirs, petits formats, saison 3 ».

Marie-Sophie André

Marie-Sophie André est peintre, céramiste et sculptrice sur papier et carton. Ses poupées, telles les matriochkas russes, incarnent la maternité, la fécondité, l’amour. Elles nous emmènent dans un monde coloré et métissé. Un monde de voyages, à l’instar de ses talentueux carnets de voyages du bout du monde.
Marie-Sophie est une voyageuse, et cela se sent. Ses influences sont multiples, « exotiques » et, surtout, universelles. La douceur qui émane de ses sculptures si fortes et si originales nous parle, forcément. De très belles œuvres, à tous points de vue.

poupée papier mère et enfant
Marie-Sophie André
poupée peinte de papier et carton
Marie-Sophie André

Thierry Briand

Thierry Briand est un touche-à-tout. Son travail de plasticien s’apparente parfois à celui de « chercheur », de peintre, d’illustrateur BD ou de réalisateur de cabinets de curiosités… Sa série « Cerebellum » présentée à la galerie Le Gisant s’inscrit dans cette démarche.

Au cerveau il manque un corps et c’est lui-même un corps étrange. Toujours entre l’être et l’avoir. Et quid de l’écart entre nous et notre cerveau ? Chacun est son cerveau et il l’a comme support de son existence, à voguer parmi les orages électriques et les échanges chimiques de notre pensée.
A cette recomposition intérieure viennent instantanément se combiner nos souvenirs, nos représentations. A l’aide de neurones particuliers capables de relier les territoires dispersés, le cortex réalise un travail d’analyse et de resynthèse de l’œuvre propre à chacun de nous, dans un moment donné…

gravure noir et blanc et cerveau rose
Thierry Briand, « Cerebellum »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.